Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Exilés de calais : le défenseur des droits déplore une situation "sans précédent"

Le défenseur des droits, Jacques Toubon, qui a demandé à ses services de se rendre à Calais pour faire le point sur les atteintes aux droits fondamentaux les plus élémentaires dont sont victimes les exilés, notamment les mineurs, dénonce une situation « sans précédent ».

---------------

Le rapport remis mardi constate que près de 500 exilés, en majorité des mineurs, vivent à Calais un « nomadisme forcé » et sont volontairement privés d’accès aux droits élémentaires. Se nourrir, dormir décemment ou encore se laver est devenu pratiquement impossible pour ces hommes et ces femmes qui arrivent dans le nord de la France à l’issue d’un parcours déjà chaotique.

Les autorités préfectorales et municipales sont directement mises en cause dans la dégradation de la situation. Jacques Toubon rappelle que tribunal administratif de Lille a considéré, le 22 mars 2017, que l'interdiction de distribution de repas « était constitutive d'un traitement inhumain ou dégradant. » Pour autant, les associations continuent d’être directement empêchées de donner de la nourritures aux exilés. « Lorsqu'elles tentent de mettre en œuvre des dispositifs qui devraient l'être par les pouvoirs publics (douches, distributions de repas et d'eau), les associations sont entravées et menacées : verbalisation des véhicules garés devant les locaux associatifs, injonction de mettre aux normes la cuisine d'une association présente de très longue date à Calais, menaces de poursuites pour aide au séjour irrégulier », indiquent les observateurs.

Risques de viols et d’exploitations sexuelles

Ils alertent également sur les risques de viols et d’exploitations sexuelles auxquelles sont exposés femmes et enfants, privés de « structure dédiée » depuis le démantèlement du bidonville d’Etat et du centre Jules Ferry. « Certaines femmes ont des nourrissons et plusieurs bébés sont à naître dans les prochaines semaines, ajoutent-ils. Aucun dispositif d'accueil ou d'hébergement ne leur semble accessible alors même que la protection maternelle et infantile impose une telle prise en charge.»

Le défenseur des droits fustige « le déni d'existence des exilés » dans lequel s’obstine les pouvoirs publics et en appelle à la dignité.

--------------

Sur le site de l'Huma : http://www.humanite.fr

Abonne toi : http://boutique.humanite.fr

Tag(s) : #Immigration, #Exilés, #Décryptages, #Calais

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :