Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Et si vous alliez mourir ailleurs...?

Ils n’ont pas honte ! À Toulouse, Un médecin de l’Agence régionale de santé zélé cherche visiblement à se débarrasser des étrangers malades. 

----------------

Une personne malade du sida et originaire du Nigeria s’est vue signifier, le 19 octobre dernier, une obligation de quitter le territoire (OQTF) par le préfet de Haute-Garonne. Une décision qui fait suite à un avis favorable rendu par un médecin de l’agence régionale de santé (Mars). Le Collectif toulousain pour le droit à la santé des étrangers (CTDSE) s’inquiète de constater que de tels avis sont monnaie courante dans ce département depuis la nomination d’un nouveau Mars, en 2013. Les refus de séjour à des étrangers malades sont ainsi passés de 7 à 37 % entre 2013 et 2015, atteignant jusqu’à 60 % en 2014.Ce nouveau médecin considère par exemple que le traitement et la surveillance de maladies telles que les hépatites B ou C sont accessibles dans le monde entier, alors même que le ministère de la Santé indique que ces soins ne sont pas disponibles dans l’ensemble des pays en voie de développement. Depuis 2013, huit avis en faveur de l’expulsion des personnes atteintes du VIH, sur les trente donnés dans toute la France, ont été observés en Haute-Garonne. La personne visée par cette nouvelle OQTF pourrait donc être rapidement renvoyée dans son pays où, en 2015, 180 000 personnes sont mortes du sida. Le Nigeria est en effet l’un des trois pays les plus touchés par le VIH dans le monde. Les associations réunies au sein du CTDSE demandent « que le droit au séjour pour raison médicale soit respecté », que l’ARS revienne sur son avis et demande au préfet de la Haute-Garonne « d’annuler sa décision et de remettre un titre de séjour à cette personne ».

Rien d’extraordinaire, au fond, puisque la loi prévoit, depuis 1998, qu’une « carte de séjour temporaire » portant la mention vie privée et familiale « est délivrée (…) à l’étranger résidant habituellement en France dont l’état de santé nécessite une prise en charge médicale dont le défaut pourrait entraîner pour lui des conséquences d’une exceptionnelle gravité, sous réserve de l’absence d’un traitement approprié dans le pays dont il est originaire ».

----------------

Sur le site de l'Huma : http://www.humanite.fr

Abonne toi : http://boutique.humanite.fr

Tag(s) : #Immigration, #Société et solidarité
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :