Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

La soirée d’ouverture n’ayant pas eu lieu, la direction du festival de danse multiplie maintenant les pressions sur les grévistes. La CGT demande le respect du droit de grève.

_________

Montpellier, envoyés spéciaux. À Montpellier, l’intervention télévisée de Manuel Valls n’a fait qu’amplifier la colère. Dimanche soir, à 22 heures, environ deux cents personnes du Mouvement unitaire en Languedoc-Roussillon ont occupé silencieusement le plateau du Théâtre de l’Agora, au moment où devait débuter Empty Moves, d’Angelin Preljocaj, en ouverture du festival Montpellier Danse. Les slogans peints sur les pancartes et banderoles tenues à bout de bras parlaient d’eux-mêmes : « Trahison », « Pas de festiValls », « Non à l’agrément », « C’est quand Avignon ? » « Le patronat et l’État organisent la précarité. Organisons-nous. » Le public a réagi avec modération. Une spectatrice a brandi une pancarte « Solidaire ». Certains ont applaudi puis, l’occupation durant, d’autres ont marqué leur impatience tandis que les membres du Mouvement unitaire sont demeurés une heure immobiles sur le plateau. Un parterre d’officiels et des gens de la mairie ont été les premiers à quitter les gradins, qui se sont vidés peu à peu. Une femme, au second rang, excédée, a lancé : « J’ai mis trois heures pour venir ici. Pour ma fille, c’était son premier spectacle ! » Angelin Preljocaj, peu après, est venu dire « sa déception de ne pas jouer ce soir mais (je) ne peux pas ne pas soutenir le mouvement ». On sait qu’en coulisses, en fin de journée, une délégation était venue lui parler. Il aurait accepté de faire grève à condition qu’on lui garantisse de jouer les jours suivants. Garantie non confirmée. Puis, le président de Montpellier Danse, Michel Miaille, a pris la parole pour affirmer : « Nous sommes solidaires de ce mouvement, c’est une lutte contre la précarité au travail et pour les droits sociaux », avant d’ajouter : « Nous serons là demain. Je n’ai pas décidé, en tant que président du conseil d’administration, d’annuler le festival. » À l’extérieur de l’Agora, beaucoup de spectateurs sont restés massés à discuter et à débattre. Un dialogue est donc bel et bien en train de s’ébaucher. Une AG s’est tenue vers minuit pour mettre au point les modalités des actions à venir.

Jonction avec le mouvement national du 26

Changement de ton hier matin. Les employés du Printemps des comédiens, réunis en AG, prolongeaient, pour leur part, la grève « jusqu’au jeudi 26 juin inclus » afin de faire la jonction avec le mouvement national. « Dorénavant, nous ouvrons nos AG aux équipes des autres festivals pour les aider à se positionner », complète Gilles Miot, régisseur, en grève depuis trois semaines. « 40 personnes avaient voté pour la grève. Le Mouvement unitaire a décidé de venir les soutenir », commente Xavier Besson, comédien, à propos de l’action menée lors de l’ouverture de Montpellier Danse. « Ce sont les pressions, les manipulations, les menaces de “blacklistage” de la direction du festival qui poussent les gens à agir de la sorte », précise Eva Loyer, de la CGT spectacle. En début d’après-midi, à l’Agora, les employés de Montpellier Danse se retrouvaient aussi en AG. Au même moment, le Mouvement unitaire se réunissait dans la pinède du Domaine d’O. Dans la soirée, dans le cadre de Montpellier Danse au Théâtre de la Vignette, devait se jouer House, de la compagnie israélienne L-E-V Sharon Eyal. « On doit se prononcer pour ou contre une tribune publique à la place de la représentation. Ici, ceux qui sont pour la grève subissent de lourdes pressions. Que le spectacle ait lieu ou non dépend de ce que le Mouvement unitaire décidera », lâche un des techniciens joint par téléphone.

(Rédigé avec Muriel Steinmetz)

_________

Sur le site de l'Huma : http://www.humanite.fr

Abonne toi : http://boutique.humanite.fr

Tag(s) : #Intermittents, #Reportage, #Politiques culturelles
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :